le vieux chêne

d’après un conte québécois.

Raconté lors de  mon intervention à Vivre la Vie le 30 avril 2016 (compte-rendu dans le prochain article)

Il était une fois … un vieux chêne. Il était très majestueux. Pour faire le tour de son tronc, il fallait au moins cinq personnes se donnant la main. Son feuillage était magnifique. Il faisait l’admiration de toute la forêt.

chene st jeannet

Dans son houppier vivait Cissou, l’écureuil. C’était un hôtel cinq étoiles pour lui tellement le chêne produisait de glands. Cissou pouvait y passer des hivers tranquilles, il avait de quoi faire des provisions !

Les racines du chêne étaient aussi importantes que ses branches : solides, larges, généreuses : l’arbre était bien ancré dans le sol. Et au sein de ces racines, Jeannot le lapin s’était creusé un confortable terrier, avec plusieurs entrées.

Cissou, Jeannot et d’autres hôtes encore (comme le geai), vivaient heureux, à l’ombre de leur ami avec lequel il partageait de nombreuses et gaies discussions.feuilles chêne mouche

Un jour, Jeannot entendit des grosses voix humaines. C’était des bucherons qui approchaient. Et ce qu’il comprit le glaça d’horreur. L’arbre avait lui aussi entendu. Il se mit à trembler de tout son feuillage. « Vous avez des pattes, pour vous sauver, disait-il, mais moi que vais-je faire, je ne peux bouger… » En effet, les bûcherons étaient venus pour l’abattre, c’était leur métier, et on leur avait demandé de faire de la place dans la forêt, alors ils ne se posaient pas plus de questions.

Les coups commencèrent à tomber et Jeannot terrifié vit son ami  le chêne saigner de toute sa sève. Et lui ? Qu’allait-il devenir ? Son terrier allait aussi être détruit…Profitant d’une pause des bûcherons, il chercha en toute hâte son ami l’écureuil.

Lorsque Cissou constata la panique de ses amis, il prit les choses en main. « Jeannot, lorsque les bûcherons recommenceront, va dans ton terrier et fais le plus de bruit possible ».

Lorsque les bûcherons saisirent à nouveau leur cognée, ils entendirent un bruit inquiétant venant de dessous terre : « hou, hou, grrrr, grrr », faisait Jeannot en grattant les racines. Au même instant, une pluie d’objets durs leur tomba sur les épaules (Cissou, sautant de branches en branches, les bombardaient avec tous les glands du chêne !). Ce fut à leur tour de paniquer, et, ne cherchant pas à comprendre l’origine de ces curieux phénomènes, ils plièrent rapidement bagage et s’enfuirent.

Ils racontèrent ensuite au village que le vieux chêne devait être hanté. Personne ne s’aventura plus dans les parages et la forêt retrouva sa quiétude.

Le bel arbre, soulagé, remercia ses amis. Il écarta un peu plus ses racines pour que le gîte du lapin soit plus spacieux et promit à Cissou de donner, l’automne prochain, encore plus de glands !

IMG_0617

 

Publicités
Cet article, publié dans Animations nature, histoires légendes, Plantes, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour le vieux chêne

  1. jolie petite histoire !

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s