huile de millepertuis

Voici, comme promis, comment faire de l’huile de millepertuis (Hypericum perforatum).

Les utilisations les plus connues de cette plante sont :

  • par voie orale comme antidépresseur léger (les préparations et posologies sont à voir avec un phytothérapeute)
  • par voie externe : la fameuse huile rouge est souveraine pour les brûlures, notamment les coups de soleil, voire les radiothérapies.

C’est de celle-là dont je vais vous parler. Tout d’abord, vous devez vous demander pourquoi on l’appelle huile rouge alors que les botanistes savent bien que la fleur du millepertuis est jaune.

2014-06-30 16.15.36

En fait, l’un des principaux composants, et principes actifs pour cette préparation, est l’hypericine. Cette substance est contenue dans les fleurs, et est parfois même encore plus concentrée dans les boutons (faites l’expérience de frotter votre main avec un bouton…)

Pour faire cette magnifique huile, il faut tout d’abord ramasser des fleurs, aux alentours de la Saint-Jean d’été, c’est à dire le 24 juin. Cette plante solaire nous soigne grâce à sa chaleur, sa capacité à nous retransmettre le soleil, à nous aider à l’apprivoiser. Il faut donc la ramasser à midi, heure solaire.

Certains herboristes cueillent les sommités fleuries. Pour ma part, je préfère ramasser les fleurs une à une, avec précautions, en éliminant le maximum de « vert » (calice), et en rajoutant quelques boutons bien renflés. Il faut ensuite les faire « préfaner » au soleil quelques instants (attention à ne pas les oublier, ils pourraient cuire!)

2014-06-30 16.14.24

Remplir ensuite un bocal avec les fleurs que l’on couvre d’huile d’olive, huile peu pénétrante qui permettra le nourrissage de la peau.

Il n’y a plus qu’à fermer le bocal et le placer au soleil, pendant au moins deux semaines, voire trois ou quatre selon la météo.

DSC06088

 

 

 

Lorsque vous estimez que votre macération solaire est prête (elle aura alors cette belle coloration rouge qui fait sa réputation), vous pourrez filtrer et mettre en flacons en verre teinté, à conserver au sec et au frais.

ATTENTION : cette huile est photosensibilisante, il ne faut donc s’en servir que lorsqu’on est sûr qu’on n’aura pas à ressortir au soleil, sinon, le remède sera pire que le mal ! A utiliser donc idéalement le soir après la douche.

Il est possible de fabriquer cette merveilleuse huile avec une huile plus pénétrante (tournesol, sésame, par exemple). On s’en servira alors pour tous les problèmes type lumbago, sciatalgies, entorses, foulures…

On peut rajouter quelques gouttes d’huiles essentielles qui permettront la conservation (Lavande fine, qui agit aussi sur la peau, ou pourquoi pas la calmante camomille )

Vite, le soleil a tourné, il faut que j’aille déplacer mon pot afin qu’il bénéficie au maximum de ses rayons !

 

Publicités
Cet article, publié dans Santé et bien-être, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s